Une première édition réussie pour le Forum d’économie sociale !

Publié le 1 décembre 2023 par Sophie Boucher

Une première édition réussie pour le Forum d’économie sociale !

Le 23 novembre dernier, le Côté-Cour de Jonquière a reçu notre grand rassemblement autour de l’économie sociale. Le thème de cette première édition du forum régional, mené par notre organisme et la CDRQ, portait sur : L’intégration de l’économie sociale dans les pratiques territoriales : des histoires inspirantes.

L’événement a accueilli près d’une centaine de personnes. Parmi eux, des représentant-es politiques, des agent-es de développement, des professionnel-les provenant de différents domaines de recherche, des expert-es en éco-conseil, des étudiant-es, des citoyen-nes de tous horizons.

L’ambiance générale, chaleureuse et conviviale, était propice à la réflexion et au partage des idées. La scène, meublée par la Maison de quartier de Jonquière, donnait l’impression que les panélistes discutaient dans un salon privé. Pour enrichir notre expérience, la salle était agrémentée d’une exposition d’œuvres de l’artiste Pascal Picard. Une animation dynamique et experte, assurée par Patrick Côté, enseignant en économie au cégep de Jonquière et passionné d’économie sociale, a permis aux participantes et aux participants d’assister à des échanges enrichissants.

Une conférence motivante

Le conférencier invité, Maxime Pedneaud-Jobin, ancien maire de Gatineau qui a fait adopter la toute première politique municipale d’économie sociale au Québec, est venu témoigner des avantages pour les municipalités de collaborer avec des entreprises d’économie sociale (EÉS). Il a également mis de l’avant des exemples concrets de supports que les municipalités peuvent apporter au EÉS ainsi que le plan d’action à envisager pour arrimer EÉS et municipalités.

Personnage publique convaincu par le modèle collectif, il encourage sans retenu les initiatives de gestion d’un bien public par un tiers entrepreneur collectif. Son argument : « Les revenus sont réinvestis, on gagne collectivement ! » Il mentionne que Gatineau a plusieurs agents prêts à accompagner et développer des projets en commun avec des EÉS. « Le privé c’est plus simple, mais [un commun] c’est moins cher, plus flexible et c’est directement ancré dans ce que les gens veulent. »

Quant à l’importance de créer une politique municipale, M. Pedneaud-Jobin martèle : « Ne faites pas de programme, faites une politique. Parce que pour que le monde change, il faut que les institutions changent. Parce que c’est l’appareil qui va se mettre en marche et que c’est comme ça que la transition sera faite. »

Lors de période de question, l’enjeu de la réaction des gens d’affaires face à la politique a été soulevé. M.Pedneaud-Jobin propose, dans de tels cas, de faire de la pédagogie et d’expliquer par les chiffres et les données. Les organismes redonnent directement à la communauté. « On a des chouchous et il faut le dire. Ils ont une dimension que vous n’avez pas. »

 La voix des maires sur les EÉS

Lors du panel l’économie sociale et le monde municipal, des partenaires naturels, les maires André Guy (Dolbeau-Mistassini) et Philôme La France (Petit-Saguenay), se sont joints à Maxime Pedneaud-Jobin. Ils ont souligné à quel point l’impact des entreprises d’économie sociale est majeur dans leurs municipalités et qu’il est nécessaire d’insister sur un changement de culture organisationnelle des institutions politiques pour favoriser l’économie sociale dans les territoires.  

Les municipalités peuvent intervenir à plusieurs niveaux pour soutenir les EÉS, notamment lorsqu’il est question de bénévolat. À ce titre, M.Guy estime que les villes ont un rôle à jouer pour créer un environnement qui valorise le bénévolat.  M. La France note cependant qu’il est important de ne pas développer les entreprises d’économie sociale sur la seule base du bénévolat : ce dernier doit être utilisé en appui à une équipe d’employés correctement rémunérés, pour éviter de compromettre la pérennité des organisations par épuisement ou manque de relève. Il soutient que la municipalité doit trouver du financement pour assurer des salaires décents, du financement à long terme. C’est le cas à Petit-Saguenay pour quelques initiatives, qui permettent à des gens de vivre de l’économie sociale. M. Pedneaud-Jobin renchérit sur ces idées. « Il faut faire cette bataille. Pour une municipalité, offrir des services influence le prix des maisons. Ça enrichi tout le monde par des chiffres invisibles. »

La voix des EÉS sur les municipalités

Le panel des histoires inspirantes, présentait quatre EÉS qui sont venues témoigner de leurs histoires inspirantes : le Conseil québécois de développement durable (CQDD), la Coopérative NORD-Bio, le Parc aventure Cap Jaseux et la Chaîne de travail adapté (CTA). L’un des éléments les plus frappant dans cette table ronde, était de constater à quel point les invités sont tous des gens d’affaires avec l’envie de développer, de faire croître leur entreprise et d’être compétitifs. Qu’est-ce qui les différencie du privé ? C’est l’indicateur de réussite.

Les EÉS présentes ont donné plusieurs exemples de partenariats entre la municipalité et leur entreprise ayant permis de propulser leurs initiatives. Entre autres, le Parc aventure Cap Jaseux est un projet qui a trouvé sa solution dans une collaboration étroite avec la municipalité. Cette dernière est devenue propriétaire du fonds de terrain et la coop en fait la gestion, ce qui permet d’assurer un entretien du réseau routier efficace et d’offrir en échange un service et des retombées financières majeures dans la communaut : bref, des ententes gagnants-gagnants. Cette situation fait écho à la conférence de M. Pedneaud-Jobin et des projets de communs.

Une rencontre riche et pertinente dans un contexte de changement socio-économique

Mireille Pelchat, présente au nom du Chantier de l’économie sociale et pour parler du Sommet ÉS 2025, en a profité pour venir saluer le dynamisme du mouvement dans la région du Saguenay - Lac-Saint-Jean. « Vous êtes une force mobilisatrice et inspirante pour tout le Québec. »

Un 5@7 réseautage marquait la clôture de l’événement. Malgré la neige, et bien que le forum rassemblait des gens de partout en région, ce moment propice aux nouveaux maillages a su retenir une grande partie des personnes présentes. Plusieurs nouveaux liens et de belles collaborations ont pu voir le jour autour d’un délicieux buffet du traiteur Les 3 chefs.

Un forum en 2024

Nous espérons ardemment que le Forum d’économie sociale régional deviendra un rendez-vous annuel incontournable, qu’il unira les parties prenantes de tous les milieux et qu’il permettra à notre territoire de se développer dans la logique d’une économie au service du commun. Il est temps de passer de la réflexion à l’action. Il faut continuer à faire la promotion de ce modèle émergent, à l’encourager, à le supporter et à le renforcer.

Encore merci à tous et à toutes pour votre participation à cette première édition du Forum d’économie sociale SLSJ. ESSOR 02 repart avec un panier bien rempli et se prépare avec confiance pour la prochaine année qui sera, souhaitons-le, empreinte de mobilisation pour que nous tous puissions nous enrichir collectivement !

Crédits photos : Mélanie Humeau

Retour aux articles